Vincent Sherman


Mini-biographie:
Site officiel


Vincent Sherman démarre sa carrière en tant qu'acteur à Broadway et dans de films, au début des années 1930. A la fin des années 1930, il devient scénariste.
Puis en 1939, la Warner lui confie son premier film The Return of Doctor X avec Wayne Morris, Humphrey Bogart et Dennis Morgan. Ce film d'horreur est la suite de Doctor X 1932 de Michael Curtiz. Le réalisateur se verra souvent confier des séries B qui sont soit des suites soit des remakes. Humphrey Bogart y interprète le rôle-titre.
En 1941, il dirige à nouveau Bogart dans un rôle refusé (une fois de plus) par George Raft. Echec à la Gestapo (All through the night) est une comédie excellente mélant film de gangster et film de guerre. Son casting de "charactor actors" reste mémorable: Conrad Veidt, Peter Lorre, William Demarest et Barton MacLane. Une série B à l'humour bien placé.

1943 lui vaudre un grand film : The Hard Way qui restera parmi ses meilleurs. Ce drame met en scène Ida Lupino, Dennis Morgan, Joan Leslie et Jack Carson.


Bande-Annonce de The Hard Way 1943


La même année, L'impossible amour (Old Acquaintance) sera son premier film avec Bette Davis, la plus grande star du studio.

En 1944, il sera réassocié à Davis pour Femme aimée est toujours jolie (Mr. Skeffington) avec Claude Rains. Les deux acteurs principaux y seront excellents et seront d'ailleurs nominés, tous les deux, aux Oscars.


Les souvenirs de Vincent Sherman à propos de Bette Davis


En 1948, il tourne un film d'aventure avec Errol Flynn : Les Aventures de Don Juan (Adventures of Don Juan). Bien que ce film n'égalera pas les Flynn des années 1930 (Capitaine Blood, ...), il reste particulièrement divertissant.



Bande-Annonce d'Esclave du gang (The Damned Don't Cry) 1950


Jack Warner souhaitait confier la réalisation de Mildred Pierce à Vincent Sherman. Mais le producteur Jerry Wald imposa Michael Curtiz. Le réalisateur attendra donc 1950 pour réaliser le premier de trois films avec Joan Crawford, la star de la MGM engagée au milieu des années 1940 à la Warner. Esclave du gang (The Damned Don't Cry) restera un pur chef d'oeuvre du film noir avec une très bonne performance de Crawford et des acteurs secondaires machiavéliques: Steve Cochran et David Brian.

Immédiatement après ce film, Sherman et Crawford se retrouvent à la Columbia pour Harriet Craig avec Wendell Corey. La fin de la trilogie est en 1951 avec La Flamme du passé (Goodbye my fancy).


Bande-Annonce de L'étoile du destin (The Lone Star) 1952



Il tourne un western en 1952 : L’étoile du destin (The Lone Star), écrit par un spécialiste du western Borden Chase. La MGM lui confie un trio de star exceptionnel: Clark Gable, Ava Gardner et Broderick Crawford.




Toujours en 1952, il recompose le duo de Gilda: Glenn Ford et Rita Hayworth dans L'Affaire de Trinidad (Affair in Trinidad).
Au début des années 1950, le réalisateur perd son contrat avec la Warner Brothers suite à des accusations de communisme. Sa carrière est touchée.

Il revient en 1957 pour Racket dans la couture (The Garment Jungle), un polar assez bon, débuté par Robert Aldrich, avec Lee J. Cobb, Richard Boone et Kerwin Mathews. Un film qui reste tout de même inférieur à ses précédents films.

Mais en 1959, il dirige sans doute son dernier chef d'oeuvre avec Paul Newman: Ce Monde à part (The Young Philadelphians). Paul Newman y est poignant en avocat dans un mode dur. Le casting secondaire inclut un jeune Robert Vaughn qui sera très reconnaissant à Sherman pour un petit rôle positif pour sa carrière.



Vincent Sherman n'aura reçu aucun oscar. Mais, il demeure un très bon artisan de série B qui aura dirigé une grande variété d'acteurs de Bette Davis à Joan Crawford en passant par Ava Gardner et Viveca Lindfors mais aussi Errol Flynn, Clark Gable, Paul Newman ou Humphrey Bogart. Il n'aura jamais été apprécié à sa juste valeur. Pourtant, il fut un excellent "Woman's director" avec ses films avec Bette Davis, Ida Lupino et Joan Crawford

Rédigé par Cole Armin


Filmographie sélective :

8 film(s) critiqué(s) sur les forums CineFaniac :





Vincent Sherman critique, Vincent Sherman biographie, Vincent Sherman DVD, Vincent Sherman western, Vincent Sherman film, Vincent Sherman cinéma, Vincent Sherman filmo, Vincent Sherman affiche, Vincent Sherman affiches

FORUM

Forums

RÉSEAUX SOCIAUX

© CineFaniac 2005 - 2019