Kirk Douglas


Mini-biographie:
Kirk Douglas un acteur qui s'est illustré dans bien nombres d'autres registre reste aussi, et sans contestation possible l'une des figures de proue de notre genre préféré. Cet américain de la 2ème génération est né le 9 décembre 1916 à Amsterdam dans l'état de New-York. Fils de pauvre immigré russes,il a choisi de se bâtir une carrière d'acteur vers le milieu des années 1930, après avoir "goûté" aux joies du théâtre durant ses études secondaires.
Il finira par jouer des petits rôles à Brodway, avant d'être fasciné par l'écran et de prendre le chemin obligatoire de la mecque du cinéma "Hollywood". En 1945, Kirk arrive en Californie et 1 an plus tard décroche son premier rôle dans L'emprise du c rime réalisé par Lewis Milestone pour un début c'est quand même de bonne augure. Il devient assez rapidement une vedette d'Hollywood. 10 ans plus tard il créera même sa propre maison de production (la Bryna) ce qui lui permet de mieux contrôler les films dans lesquels il jouera.
Il serait curieux de savoir que dans sa nouvelle qualité d'acteur-producteur, il a debuté par un western La rivière de nos amours (1955) un film d'une beauté plastique, photographié en Technicolor par Wilfrid M. Cline et dont la mise en scène était assurée par André De Toth.
Homme intelligent et doué, il a également voulu passer de l'autre côté de la caméra et s'est attaqué a la réalisation avec deux westerns non denué d'un certain talent le premier étant Scalawag (1973) et le second La brigade du Texas (1975) western plus ambitieux que le premier, qui recu à sa sortie les applaudissements d'un public averti.
Son premier western Le désert de la peur que Raoul Walsh réalise pour la Warner en 1951, Douglas y interprète un shériff obstiné. A noter aussi l'interprétation de Walter Brennan et John Agar.
L'année suivante en 1952, Kirk Douglas tourne sous la direction de Felix Feist dans La vallée des géants western forestier d'un dynamisme qui fut aussi apprécié lors de sa sortie.
L'acteur poursuit dans le western avec un merveilleux film de Howard Hawks : La captive aux yeux clair un western riche avec des promesses de qualité du début jusqu'à la fin de bons acteurs aussi Arthur Hunnicutt, Jim Davis et Dewey Martin.
1954 L'homme qui n'a pas d'étoile réalisé par King Vidor pour Universal, mais western qui sera renié par King Vidor pour cause le réalisateur accusa Kirk Douglas d'avoir dirigé une grande partie du film et que le scénario fut remodelé, qu'importe le film fut un immense succès, j'irai jusqu'à dire l'un des plus beau rôle de sa vie.
1955 c'est La rivière de nos amours auquel j'ai fait référence plus haut, ce western reste gravé à jamais dans toutes les mémoires car d'une grande beauté visuelle et aussi qui a permis à l'élégante Elsa Martinelli de faire ses débuts à l'écran, western là aussi poduit par Kirk Douglas.
1957 Nous retrouvons Kirk Douglas dans une production Paramount avec Règlement de comptes à O.K. Corral un remake signé John Sturges de La poursuite infernale sur le même thème, l'interprétation du Doc Holliday est très discutable car considérée par beaucoup comme étant assez réduite, seul Burt Lancaster aurait eu la vedette à lui tout seul.
1959 John Sturges rappelle l'acteur pour ce qui sera aussi un grand classique Le dernier train de Gun Hill western qui d'après certains fut un plagiat d'un autre western de Delmer Daves, allez savoir...
El perdido en 1961 que Robert Aldrich réalisera avec beaucoup de conviction et aussi un sujet rarement abordé dans le western celui du suicide car tout au long du film les sérieux problèmes d'ordre moraux sont permissible assez fréquemment .
1967 La route de l'Ouest western qui part sur de bons sentiments mais réalisé par un McLaglen peu convainquant, pourtant servi par de bons acteurs Robert Mitchum et Richard Widmark. En cette même année il tournera aussi un western fort sympathique avec "duke Wayne", La caravane de feu réalisé par un Burt Kennedy (très contesté) pendant la réalisation de ce western dommage car il a montré un aspect non négligeable d'un dépaysement assuré.
1970 Le reptile realisé par Joseph L. Mankiewicz lui même et où Kirk Douglas donne la réplique à un certain Henry Fonda très à l'aise dans son rôle de directeur de la prison, western en vase clos puisque l'essentiel se déroule en milieu carcéral dans le territoire de l'Arizona.
Au première apparence ce n'est pourtant pas un western comme les autres en effet une certaine force émane de ce western sur un ton sérieux avec beaucoup de plaisanterie....
1971 Arrive un western de Lamont Johnson qu'il faudra vite oublier Dialogue de feu l'archétype même du western de commande qui ne tient que par l'interprétation des acteurs.
1973 Scalawag western assez étrange avec un melange de L'île aux trésor et d'une fable de l'ouest western tourné en Yougoslavie.
En 1975 Kirk Douglas réalisera, produira et sera l'acteur principal de La brigade du Texas le comédien y interprète avec là aussi beaucoup de conviction d'un être ambitieux qui n'hésitera pas à tout écarter de son chemin pour se frayer la place de leader.
En 1979 Kirk Douglas s'amusera avec un western fort drôle mais qui sera vite oublié Cactus Jack un western/comédie signé Hal Needham une parodie sur les héros de l'Ouest, qui devient vite ennuyeux.
Kirk Douglas aura réussi le pari de produire la plupart de ses films et de nous donner une autre vision du genre et nous l'en remercions mais n'oublions pas que les vrais artisans du genre eux eurent moins de chance.


A Partir des années 60,
Nous commencerons donc cette missive par l'année 1961 avec un superbe western El perdido dont l'histoire des plus dramatico/romanesque restera toujours gravé dans nos mémoires et Kirk Douglas dans le rôle de Brendan O'Malley reste un grand moment pour nous aficionados, puis s'en suivra ce western moderne Seuls sont les indomptés réalisé avec panache par David Miller en 1962, western tardif puisque notre cow-boy sera pisté par des hélicoptères de la police où se fera meme accidenté sur une autoroute par un poid lourd.
1967 voit le retour de notre acteur dans un western réalisé par Andrew Victor MacLaglen La route de l'Ouest, Kirk Douglas y tient le rôle du sénateur Tadlock et sera accompagné dans cette distribution par deux autres grands acteurs Richard Widmark et Robert Mitchum, Tadlock a pour ambition de faire construire une ville et d'organiser une communauté de gens où tout doit être parfait, peine perdue sur cette route de l'Ouest beaucoup d'ennuis attendent nos voyageurs et tout ne se déroulera pas comme espéré par le sénateur Tadlock.

Cette même année l'acteur récidive dans un autre western et là au côté de duke wayne dans La caravane de feu réalisé par Burt Kennedy, ce western se prévaut d'être un moment de bonne humeur et de détente pour nous spectateur, friands de ce genre de western. Kirk Douglas y incarne Lomax un tueur à gage qui aidera notre Duke Wayne à stopper une diligence pleine d'or, ce convoi particulier s'avère être une dilligence de fer, western trépidant rythmé sans temps mort et qui aussi nous permet de retrouver deux autres acteurs Keenan Wynn et Howard Keel.

1970, sera l'année d'un western en huit clos Le reptile réalisé en 1970 par un grand réalisateur Joseph L. Manckiewicz où notre acteur donne la réplique et de fort belle manière à un autre grand acteur Henry Fonda.

Ce western se déroulant dans l'univers carcéral d'un pénitentier du territoire de l'Arizona, Kirk Douglas y interprète Paris Pitman qui souhaite une mutinerie de la prison pour pouvoir s'évader à des fins personnelles pour récuperer un magot enfoui, western qui se veut long et assez drôle par moment.

En 1971, Kirk Douglas sera d'une production minable dans un western signé Lamont Johnson Dialogue de feu, l'acteur partage l'affiche avec le chanteur de country Johnny Cash et nous conte l'histoire de deux gunfigther qui décident de monter une arnaque en organisant un duel qui permettra de rammaser un gros pactole, pour ceux qui ne l'ont pas vu, je ne devoilerais pas la fin de ce western assez médiocre.

En 1973, notre acteur va réalisé sur le thème de l'ile au trésor mais transposé au Far-West un western appelé Scalawag qui passera assez inaperçu en cette année 73 et il faudra attendre l'année 1975 pour voir arriver la seconde réalisation d'un autre western et qui lui fait figure de petit chef-d'oeuvre La brigade du Texas western ambitieux où Douglas y incarne Howard Nigttingale un personnage ambitieux n'hésitant pas à employer les grands moyens même en faux et usage de faux (déjà à cette époque) pour arriver au pouvoir. Ce western du reste denoncait un certain aspect de la vie politique aux Etats-Unis et ce western obtient les faveurs du public qui trouva ce film très mature.

En 1979, Kirk Douglas sera d'un western loufoque Cactus jack réalisé par Hal Needham, western sans intérêt qui tire plus vers la comédie parodico-ridiculo qu'autre chose puis de voir l'actuel sénateur de Califorlie Arnold Schwarzenegger dans un western est assez marrant, l'acteur parodie beaucoup l'Ouest et à le rôle d'un bandit très maladroit et plus bête que jamais.

1982, un western australien The man from snowy river qui fut bien noté mais où l'acteur montre des faiblesses se cherchant un peu dans ce western qui fait plus dans la romance.

1984, dernier western pour l'amis Kirk Douglas dans un téléfilm appelé Duel de géant (Draw!) où il retrouve l'acteur James Coburn, ce téléfilm fera de très bonnes audiences aux Etat-Unis et nous contera les derniers instants de vieilles gloires de l'Ouest.

Toujours actif mais plus dans le western, Kirk Douglas reste un grand monsieur du cinéma universel.
james

Kirk Douglas, de son vrai nom Issur Danielovitch Demsky, débute dans un film de Jacques Tourneur : La griffe du passé/Pendez-moi haut et court, un superbe film noir. Son premier western est Le désert de la peur/Une corde pour te pendre de Raoul Walsh. Puis en 1952, Howard Hawks l'engage pour tourner dans La captive aux yeux clairs, un merveilleux western. En 1955, il joue dans 2 western, L'homme qui n'a pas d'étoile de King Vidor et surtout la rivière de nos amours de André De Toth, un chef d'oeuvre inoubliable. John Sturges le dirige, en 1956, dans Règlement de comptes à OK Corral, Kirk Douglas, aux côtés de Burt Lancaster, a le rôle du Docteur Holliday (Comme dans La poursuite infernale de John Ford où Victor Mature a ce rôle), un rôle de buveur). Un western de bonne qualité. Il collabore une nouvelle fois avec John Sturges dans Le dernier train de Gun Hill en 1958. Puis en 1967, il tourne avec John Wayne dans La caravane de feu. Kirk Douglas avait créé sa propre compagnie: Bryna (le prénom de sa mère). Il avait ainsi produit La rivière de nos amours et d'autres films dont Spartacus. Lors de la réalisation de Spartacus, il avait renvoyé Anthony Mann, imposé par les studios Universal pour le remplacer par Stanley Kubrick. Kirk Douglas est un acteur mémorable qui a tourné avec quelques uns de ces réalisateurs de génie dont Raoul Walsh, Howard Hawks, Jacques Tourneur, André De Toth, John Ford, King Vidor, John Sturges, Robert Aldrich, Andrew McLaglen et d'autres. Cet acteur est l'un des derniers des géants d'Hollywood qui soit toujours vivant.

Vous pouvez lire son autobiographie: Le fils du chiffonier, Mémoires, Kirk Douglas, Le livre de poche; livre fascinant pour les fans de l'acteur et qui ne coûte que 6 €, pourquoi s'en priver ?
Cole Armin


Filmographie sélective :

Messages sur les forums CineFaniac
Kirk Douglas


40 film(s) critiqué(s) sur les forums CineFaniac :

DVD/Blu-Ray testés :
Test Blu-Ray - Test Blu-Ray - Test DVD - Test Blu-Ray - Test DVD - Test DVD - Test Blu-Ray - Test DVD - Test DVD - Test  - Test DVD - Test DVD -





Kirk Douglas critique, Kirk Douglas biographie, Kirk Douglas DVD, Kirk Douglas western, Kirk Douglas film, Kirk Douglas cinéma, Kirk Douglas filmo, Kirk Douglas affiche, Kirk Douglas affiches

FORUM

Forums

RÉSEAUX SOCIAUX

© CineFaniac 2005 - 2019